CHEB KHALED Index du Forum
  S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion 
Se connecter pour vérifier ses messages privés
timgad interview

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    CHEB KHALED Index du Forum -> DIVERS -> INTERVIEW & ARTICLES DE PRESSES
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
railebol
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 715
Localisation: paris
Féminin

MessagePosté le: Sam 19 Juil - 04:43 (2008)    Sujet du message: timgad interview Répondre en citant

Cheb Khaled au Festival international de Timgad «Idha bghat… madame la ministre !»
19-07-2008



Entretien réalisé par Fella Bouredji

LA TRIBUNE : Cheb Khaled, vous êtes invité à chanter pour la première fois au Festival international de
Timgad, quelles sont vos impressions ?

CHEB KHALED : Ma dernière scène dans le pays a été belle. C’était la semaine dernière, et en plus à Oran. J’ai également chanté à Médéa où beaucoup de jeunes étaient enchantés, cela m’a donc apporté beaucoup de bonheur, et là je me retrouve à Batna pour le festival de Timgad, un festival que j’ai l’habitude de regarder à la télévision. Je vous laisse donc imaginer ma joie. Je ne suis pas venu à Batna depuis plus de 20 ans. Je suis très heureux d’être dans mon pays et encore plus d’y chanter. J’aime être sur scène et me donner à fond. C’est ce que je ferai pour le concert de ce soir, de la même manière que pour tous ceux que je faisais d’habitude. Sans faire de jaloux ! (rires).
Mais le public algérien n’a pas toujours eu le privilège de vous voir autant en concert, notamment dans
certaines régions oubliées du pays. Pensez-vous que vous vous produisez assez sur la scène algérienne ?
Ce n’est jamais assez, mais je suis déjà très content, car je me produis de plus en plus dans mon pays. C’est peut-être parce que cheb Mami ne vient plus ! (rires), non ! Je plaisante… Vous savez, j’habite loin, mais je reste «would lebled» (un enfant du pays). Je ne peux pas ignorer mon pays. J’aime représenter l’Algérie à travers le monde entier, mais, ce qui me tient beaucoup à cœur, c’est de rencontrer les fans algériens et de chanter pour eux.
Justement, cheb Khaled, à quand une tournée à travers tout le pays ?
J’aimerais que le message parvienne à Mme la ministre… (fou rire) «idha bghat» (si elle le désire). Cela fait deux ans que je le demande et que j’attends. J’aimerais découvrir mon pays, rencontrer mon public et, «idha ma bghatch» (si elle ne le désire pas), je continuerai à accepter les propositions des autres à travers le pays. Il y a beaucoup de personnes qui me boudent, mais il y en a bien d’autres qui m’invitent et soutiennent ma présence. Vous savez, j’ai envie de découvrir mon pays et d’y chanter, et un artiste ne peut pas s’inviter tout seul. Je garde la tête froide et j’attends… C’est triste à dire mais je ne connais qu’Oran, Alger et Annaba de tout mon pays ! Et j’éprouve toujours de la honte quand des étrangers me parlent du désert algérien et d’autres régions que je n’ai jamais vues, et, malheureusement, cela arrive souvent.
Vous êtes en situation d’exil depuis plus d’une décennie. que pensez-vous de la communauté algérienne
établie à l’étranger ?

Ce sont des citoyens qui vivent comme tout le monde, contraints de respecter les lois du pays hôte. Mais, à chaque fois que je ressens un malaise de mes concitoyens installés en France, j’ai le pouvoir d’en parler à Sarkozy en personne. D’ailleurs, c’est moi qui l’ai mis en contact avec Faudel. Et je l’ai mis dans une situation bien embarrassante lors de l’élection présidentielle de l’an dernier, «dertlou mesmar fessabat !» (rires).
Nous avons parlé du respect mutuel dès ma première rencontre avec Sarkozy. C’était à l’occasion du mariage d’un ami en commun, le footballeur Belarbia. Et il m’a invité à l’accompagner pour sa visite en Algérie. En bon Algérien, j’ai répondu qu’il fallait l’autorisation des autorités algériennes, ce qu’ils ont d’ailleurs beaucoup apprécié. Je suis Algérien et j’aime me référer à mon Etat pour éviter les maladresses mais, en dehors des questions d’ordre diplomatiques, je sais garder mes libertés.
En parlant de libertés, la question du Sahara occidental revient souvent chez vous, notamment depuis que vous avez brandi son drapeau en Espagne. C’est une cause qui vous tient à cœur ?
Il y a toujours des hommes qui meurent pour la liberté et le respect d’un emblème national. C’est pour cette raison que ça me tient à cœur. D’autant plus que le drapeau sahraoui porte le sigle d’Algériens et de Palestiniens.
Sans polémique politique, des choses qui m’échappent, mais j’éprouve beaucoup de respect pour leur drapeau, tout autant que pour tous les drapeaux du monde. Le problème du Sahara occidental dure depuis longtemps, et je n’ai pas envie de me battre pour ces frontières. Je ne suis pas politicien, mais seulement musicien. J’ai brandi leur drapeau et je l’ai mis sur mon dos pour saluer tous les Sahraouis qui m’applaudissent. Je ne veux pas devenir un prétexte.
Il y a beaucoup de jeunes talents qui s’imposent tant bien que mal sur la scène artistique algérienne, on peut en citer quelques-uns, à titre d’exemple, Djmawi Africa ou encore les chanteurs en herbe d’Alhane wa chabab. Que pensez-vous de cette nouvelle génération ? Et envisagez-vous de travailler avec eux ?
Je trouve bien que des jeunes artistes se lancent et s’accrochent pour se forger une carrière, mais je trouve extrêmement dommage qu’il n’y ait pas de maisons de disques pour vraiment les prendre en charge. Je ne pense franchement pas travailler avec de jeunes artistes, car je l’ai déjà fait par le passé et ils n’ont pas manqué de me tourner le dos. Cela étant dit, si j’ai un coup de cœur pour le nouveau talent, j’y penserai…
Cheb Khaled, quels sont les projets sur lesquels vous travaillez actuellement ?
Je travaille sur un nouvel album un peu spécial. C’est ce qu’on appelle un enregistrement «live-live». Je reviens à une ancienne pratique, celle d’effectuer un enregistrement en présence de tous les musiciens au même moment. C’est possible, maintenant qu’on a de grands studios avec cabines. Au lieu d’attendre que chaque musicien enregistre sa partie, seul, l’exécution musicale se fait simultanément, ce qui demande de la rigueur et
de la précision.
C’est une première et un défi pour moi. Le travail concret sur cet album débutera la semaine prochaine. Je ne peux pas en parler avec plus de détails, mais je peux tout de même vous dire que j’y consacre une chanson à Ahmed Zabana, le premier Algérien guillotiné. Son ami Blaoui, condamné à mort au même moment, lui a
dédié un texte et je lui ai demandé de m’accorder l’honneur de chanter ce texte aux Français.
Pour quand sa sortie ?
Septembre prochain…
Cheb Khaled, si vous deviez porter un regard rétrospectif sur votre carrière aujourd’hui même, vous en diriez quoi ?
Beaucoup de bonheur et de fierté.
Pour finir, quel message aimeriez-vous transmettre à tous les Algériens qui vous aiment ?
Je suis content de notre pays. On a nos lois et nos droits et je suis heureux de représenter l’Algérie à travers le
monde. J’aimerais que notre image s’améliore, l’Algérie ne cesse de progresser et il faut qu’elle continue de le faire. Pour ce , tous les Algériens doivent s’impliquer. Il suffit que chacun nettoie devant sa porte !
On a été opprimés, voire écrasés, mais, on est encore debout, et il faut, à cet effet, saluer la femme algérienne qui y est pour beaucoup.
Je n’ai jamais voté de ma vie avant «Errahma», cela continue malheureusement, mais il faut être patient et continuer à aller de l’avant.
On a beau critiqué notre pays, mais, moi, je ne peux pas m’en défaire. «Bladi wa ardi» (mon pays et ma terre). J’y ai vécu et vu le pire et le meilleur. Ni «raïs» (président), ni «irhabi» (terroriste) ni Pierre, ni Paul ne peuvent m’en éloigner. J’ai des droits sur cette terre : «Tarf gueddi nendfen fih» (un bout de terre à ma dimension qui m’accueillera après ma mort).  
_________________
QUESQU ON FERAIS PAS POUR KHALED ???????TOUT TOUT TOUT TOUT
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 19 Juil - 04:43 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
miss
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mai 2008
Messages: 758
Localisation: Quelque part
Féminin

MessagePosté le: Dim 20 Juil - 16:56 (2008)    Sujet du message: timgad interview Répondre en citant

Merci Railebol.
On a hâte que septembre arrive.

_________________
Ma3lich a leb7ar, ila hajte, n'hij m3ak
Revenir en haut
railebol
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2008
Messages: 715
Localisation: paris
Féminin

MessagePosté le: Lun 21 Juil - 04:14 (2008)    Sujet du message: timgad interview Répondre en citant

Accueil | Culture |
A propos des déclarations de Khaled à la Tribune Clarifications du ministère de la Culture
21-07-2008

Le titre de l’interview réalisée avec l’artiste cheb Khaled : «Idha Bghat… madame la Ministre» appelle quelques clarifications afin de ne pas induire en erreur le lecteur.

1/ Les tournées des artistes aussi bien nationaux qu’étrangers ne sont pas programmées par le ministère de la Culture dont ce n’est pas la mission et encore moins par Madame la ministre. Cette mission revient aux opérateurs et organismes (publics ou privés) qui activent dans ce domaine. A titre d’exemple, cheb Khaled vient de chanter devant un public très nombreux au Casif (Sidi Fredj) dans le cadre du programme élaboré par l’Office national de la culture et de l’information (ONCI) qui est un opérateur sous tutelle du ministère de la Culture. C’est également à l’invitation de cet opérateur sous tutelle du ministère de la Culture qu’il s’est produit au Festival international de Timgad. C’est la preuve que nos opérateurs saisissent toutes les occasions offertes pour programmer les concerts de cheb Khaled.

2/ Plusieurs promoteurs de spectacles privés existent et programment des concerts d’artistes nationaux ou étrangers. Les agents des artistes intéressés peuvent prendre contact avec eux pour l’organisation de leurs tournées. Car, il faut le rappeler, l’organisation de spectacles est une activité commerciale qui est prise en charge par des promoteurs de spectacles habilités et autorisés à mener cette activité. Le ministère de la Culture saisit cette occasion pour les sensibiliser à la nécessité de programmer les grandes figures des genres musicaux algériens.
3/Les tournées nationales soutenues par le ministère de la Culture ont pour objectif la protection du patrimoine musical, la diversité culturelle et l’encouragement des talents. L’objectif n’est pas commercial. Mais si Khaled accepte de traiter avec le ministère de la Culture, non à travers son agent qui a demandé 30 milliards de centimes pour une tournée nationale, mais dans le cadre d’une logique de promotion et de protection du patrimoine musical national, le ministère de la Culture réitère sa disponibilité à soutenir une telle 
initiative.

NB : Dans le cadre de la manifestation «Alger, capitale de la culture arabe, 2007», le ministère de la Culture a organisé 62 tournées nationales avec 200 artistes pour un montant de 17 milliards de centimes, soit près de la moitié du montant
_________________
QUESQU ON FERAIS PAS POUR KHALED ???????TOUT TOUT TOUT TOUT
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:46 (2016)    Sujet du message: timgad interview

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    CHEB KHALED Index du Forum -> DIVERS -> INTERVIEW & ARTICLES DE PRESSES Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com